Twitter Facebook Youtube Pinterest RSS Feed

Des semences pour le patrimoine

Par Céline Normandin – Les amateurs jardiniers peuvent renouer avec des légumes et fleurs oubliées ou boudées par l’industrie agroalimentaire.

Vivrealacampagne.ca vous propose aussi :
Le Maine fourmille de marchés d’hiver
Savez-vous ce qu’est l’agriculture nordique?
Pleins feux sur les vins de glace

Il est possible d’allier geste écologique et le plaisir en jardinage. Un regroupement, Semences du patrimoine, fait connaître des espèces végétales délaissées en permettant aux amateurs ou aux nostalgiques de mettre la main sur ces semences. Ce geste permet également de sauvegarder un important patrimoine génétique.

Semences du patrimoine se définit en fait comme un réseau national d’échange et de préservation de semences à pollinisation libre. L’organisme sans but lucratif regroupe des jardiniers de partout au Canada qui produisent et préservent des semences de variétés traditionnelles de fleurs, de légumes, d’herbes médicinales rares ou oubliées.

Les plantes en question sont des espèces qui n’ont pas connu de croissement, naturel ou artificiel, avec d’autres variétés de plantes de la même famille. Ces dernières sont souvent dotées de gènes uniques qui pourraient disparaître du patrimoine mondial si la plante venait à s’éteindre. Depuis les 100 dernières années, 90 % des espèces qui étaient cultivées avant l’industrialisation de l’agriculture auraient disparu, indique Semences du patrimoine.

Ces plantes ont été écartées en raison de formes ou de couleurs non-conformes, ou encore en raison de temps de conservation limité. Pour être admises dans ce club, les plantes doivent d’ailleurs pouvoir produire des semences qu’on peut replanter, ce qui n’est pas toujours le cas des espèces commerciales.

Le groupe met à la disposition du public l’adresse de graineteries et pépinières qui vendent des variétés rares, menacées ou anciennes. Il est possible de commander par courrier les semences aux entreprises répertoriées sur le site internet de Semences du patrimoine, même si elles se retrouvent un peu partout en Amérique du Nord et même en Europe.

Quelques unes ont pignon sur rue au Québec : La ferme coopérative Tourne-Sol de Les Cèdres, La Ferme de Bullion de St-Andre-d’Argenteuil, La société des plantes de Kamouraska, Les Jardins de l’Écoumène de Saint-Damien, Les Jardins du Grand-Portage de Saint-Didace et Les Semences patrimoniales du CRIF de Coaticook.

Les Semences du patrimoine tiendront plusieurs événements publics au Québec dans les prochaines semaines, soit à St-Apollinaire, Gatineau et Coaticook.

Toutes les informations sont disponibles sur le site de Semences du patrimoine à http://www.seeds.ca/fr.php .

Tags: , , , , , ,

3 réponses à “Des semences pour le patrimoine”

  1. Vivre la campagne
    16 mars 2011 à 9 h 43 min #

    Bonjour Monsieur Lapointe,

    Très bonne suggestion. Nous avons ajouté un lien vers le site Internet Semences du patrimoine.

    N’hésitez pas à nous laisser d’autres commentaires. Nous sommes toujours heureux de vous lire.

    Merci de votre intérêt.

  2. Manon Collard
    16 mars 2011 à 9 h 07 min #

    Voici une page regroupant tous les sites web des semenciers québécois qui cultivent et vendent des semences de légumes du patrimoine.

    http://www.jardinpotager.com/lienssemencesjardinageweb2009.htm

  3. Richard Lapointe
    15 mars 2011 à 18 h 23 min #

    Merci pour cet article très intéressant! Suggestion : ça aurait été bien d’avoir un hyperlien vers le site de Semences du patrimoine.

    Au plaisir!

Laisser un commentaire

Vivre à la campagne n'est pas responsable des contenus et opinions divulgués dans les commentaires des visiteurs. Pour en savoir plus, visitez la page des conditions d'utilisation. Tous les commentaires sont sujets à une évaluation par le modérateur avant d’être publiés.